Devenir producteur d’huiles essentielles, comme certains de mes élèves comme Audrey en Corse, ça vous tente ? Vous venez d’effectuer une formation en aromathérapie ou aimeriez en suivre une, et cherchez quel métier en rapport avec l’aromathérapie pourrait vous convenir ? Aujourd’hui, nous nous intéressons aux producteurs d’huiles essentielles. De la culture des plantes à parfum, aromatiques et médicinales à la distillation des huiles essentielles ; j’ai choisi de vous expliquer dans les grandes lignes la production des huiles essentielles. Ainsi, vous allez rapidement prendre conscience qu’il y a bien plus qu’un métier… une nouvelle fois les choix sont vastes dans l’univers de l’aromathérapie et des plantes médicinales !

La fabrication des huiles essentielles dans les grandes lignes

La fabrication des huiles essentielles sur deux grandes étapes : la production des plantes en champs puis la distillation, c’est-à-dire la fabrication des huiles essentielles.

La production de la plante

Les célèbres champs de lavande de Provence destinées à la production de l’huile essentielle de lavande ou bien les belles étendues jaunes en Corse ou en Italie des Hélichryses italiennes… la production des huiles essentielles débute par la culture de la plante.

Si vous souhaitez produire vos huiles essentielles de A à Z, commencez par sélectionner une plante en fonction de l’huile essentielle que vous aimeriez produire. Mais attention, ici il ne faut pas procéder uniquement avec votre cœur et vos envies. Pour cela, faites un travail de recherches en amont : facilitée de culture, résistance aux maladies et aux ravageurs, conditions climatiques, surface nécessaire pour la rentabilité, temps d’occupation des parcelles, etc. N’hésitez pas à contacter d’autres producteurs ou votre chambre d’agriculture et vous rendre sur des exploitations pour vous faire une idée précise.

La première étape est la plantation, elle sera renouvelée au bout d’un certain nombre d’années, en fonction du type de plante. Par exemple, la Lavande reste en place une dizaine d’années. Ensuite, elle doit être arrachée et cultivée à un autre endroit pour protéger les nouveaux plants d’éventuelles maladies.

De la fertilisation au désherbage chimique et / ou mécanique en passant par les traitements contre les ravageurs ; au cours de l’année, il y a de nombreux travaux d’entretien à réaliser.

Les mois passent et c’est le moment de la récolte. En fonction de l’huile essentielle souhaitée, la partie de la plante utilisée est différente. C’est pourquoi le moment de la récolte n’intervient ni à la même période de l’année ni au même stade végétatif. Par exemple, l’huile essentielle de lavande est présente dans la plante jusqu’à la formation des graines. Lorsque les graines sont formées, il y en a bien moins.

La distillation

Qu’est-ce que la distillation ?

Aujourd’hui, la méthode de production principale des huiles essentielles est la distillation. Cette méthode est utilisée depuis des siècles et son principe est simple. On mélange dans une cuve de l’eau et la partie de la plante à distiller, on chauffe l’ensemble afin que l’eau se transforme en vapeur, dans laquelle les essences aromatiques seront présentes. Après avoir récupéré la vapeur, celle-ci est refroidie et il est alors possible de récupérer l’huile essentielle.

Distillation des huiles essentielles : 5 étapes

Je vais vous détailler un peu plus précisément la technique de distillation la plus pratiquée aujourd’hui.

Étape 1 : Dans une chaudière, on fait chauffer de l’eau à 100 °C de façon à récupérer la vapeur d’eau.

Étape 2 : Dans un alambic, on place la partie du végétal à distiller puis on envoie la vapeur d’eau. Lorsque les molécules d’eau sous forme gazeuse traversent le végétal, elles font éclater les vésicules contenant les molécules aromatiques présentes dans les cellules. Ces essences aromatiques, moins denses que l’eau, vont être acheminées vers le haut de l’alambic et sortir par le « col de cygne ».

Étape 3 : cette vapeur d’eau chargée en molécules aromatiques circule dans un serpentin baigné ou refroidi par de l’eau froide. En refroidissant, les molécules d’eau sous forme de vapeur vont petit à petit se condenser en gouttelettes d’eau.

Étape 4 : Lorsque le liquide arrive au bout du serpentin, il est récupéré par l’essencier, qui correspond à un vase de décantation. Dans ce vase, les molécules d’eau et les molécules d’huile essentielle vont se séparer. L’huile est plus légère que l’eau, ainsi elle va remonter à la surface lors de la décantation.

Étape 5 : Au niveau de la partie haute du vase de décantation, on récupère l’huile essentielle, et au niveau de la partie basse, on récupère l’eau de distillation, aussi appelée : hydrolat.

Devenir producteur de plantes aromatiques et distillateur d’huiles essentielles

Devenir producteur d’huiles essentielles, distillateur d’huiles essentielles ou bien les 2 ?

Vous l’avez compris grâce à la première partie, être producteur d’huiles essentielles peut se faire à plusieurs niveaux. Ainsi devenir producteur d’huiles essentielles n’est pas l’affaire d’un métier, mais la combinaison de plusieurs ! Vous pouvez au choix effectuer une partie de la production ou son ensemble.

100 % cultures

Vous aimeriez travailler en extérieur ? Vous pouvez uniquement cultiver les plantes à parfum aromatiques et médicinales (filières PPAM) et les revendre à des coopératives ou bien à des distillateurs.

100 % distillation

C’est la fabrication même des huiles essentielles qui vous intéresse ? Dans ce cas, vous pouvez acheter des plantes récoltées à des cultivateurs puis les distiller afin de fabriquer les huiles essentielles.

50 % cultures et 50 % distillation

Dans ce cas, vous passez une partie de l’année à cultiver et produire les plantes, puis à d’autres moments, vous travaillez en laboratoire pour effectuer la distillation.

Et ensuite ?

Une fois que vous avez récupéré l’huile essentielle, le travail n’est pas terminé. Vous pouvez soit vendre l’huile essentielle en grande quantité pour des revendeurs qui s’occuperont du conditionnement (mise en flacons) et de la vente, soit vous vous occupez de tout !

Est-il indispensable de se former ?

Si vous n’êtes absolument pas du milieu agricole et n’avez aucune expérience dans la production d’huile essentielle, une ou des formations/certifications seront indispensables !

Si vous souhaitez faire uniquement de la culture et avoir votre propre exploitation, un diplôme sera obligatoire (de type Brevet Professionnel de Responsable d’Exploitation Agricole). Si vous avez de l’expérience, en fonction du nombre d’années vous serez exempt ou non de la formation.

La distillation des huiles essentielles est autorisée en France métropolitaine et en Corse, mais la possession d’un alambic est réglementée. Il faut effectuer une demande d’autorisation au service de la douane de votre département avant d’acquérir un alambic.

Enfin, pour vendre des huiles essentielles, aucun diplôme n’est exigé. Mais si vous souhaitez être de bons conseils et bien faire vos choix, je ne saurai vous conseiller d’étudier les huiles essentielles. Soit en autodidacte, soit avec une formation en aromathérapie par correspondance.

À lire également : le programme des formations en aromathérapie e-learning.

Quelques formations

En France, il existe quelques formations spécifiques sur la production des Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM). En voici quelques-unes :

À lire également :

Quelques points réglementation.

Guide d’installation en PPAM.

 

Si vous souhaitez connaitre d’autres métiers en lien avec les huiles essentielles, je vous invite à lire l’article : Que faire après une formation en aromathérapie ?